Mesure confirmée du 80km/h sur les routes du réseau secondaire

Limitation de la vitesse à 80km/h confirmée

La mesure consistant à réduire la vitesse autorisée de 90km/h à 80km/h sur les routes secondaires annoncée le 9 janvier va bien être appliquée le 1er juillet 2018. Le décret, publié le 17 juin au journal officiel, concerne les routes secondaires à double sens sans séparateur central, soit 400 000 km de route.

Le gouvernement souhaite réduire le taux de mortalité sur la route. En effet, cette mesure permet de réduire la distance de freinage de 81 mètres à 64 mètres, ce qui laisse aux automobilistes et motards plus de flexibilité pour s’arrêter et éviter les accidents.

Cependant, ce décret crée des désaccords notamment avec  les deux associations Ligue de Défense des conducteurs et l’Automobile club des avocats qui ont déposé un recours en annulation de ce décret. Certains députés ont des opinions contraires au gouvernement et déposent eux-aussi un recours en annulation de la mesure. Selon une étude Axa Prévention, 76% des français s’opposent à cette réduction de limitation de vitesse.

Le gouvernement ne cède pas



Malgré toutes les contestations de manifestation des motards et des automobilistes, le gouvernement a décidé de mettre en place cette mesure notamment à cause de la hausse du taux de mortalité sur la route. Le premier ministre Edouard Philippe est prêt à assumer l’impopularité de ce décret afin de sauver, d’après le Conseil National de la Sécurité Routière (CNRS), entre 300 et 400 vies par an. Le gouvernement dressera un bilan de la situation en 2020 et le premier ministre assure que le gouvernement sera alors prêt à prendre ses responsabilités si cette mesure ne réduit pas le taux de mortalité sur la route.

Le gouvernement compte aussi ajouter des sanctions plus sévères vis-à-vis de l’usage du téléphone au volant et la conduite sous l’emprise de stupéfiants ou l’alcool et il compte aussi renforcer la protection des piétons et les actions de prévention.

Le journaliste

Edouard G.
Journaliste en herbe et passionné d'actualité économique, je prends du plaisir à partager ma veille en rédigeant des articles en rapport avec l'actualité.