L’évolution des taux d’intérêt immobiliers affecte les banques

Crédit immobilier taux bas

Les taux d’intérêts d’un prêt immobilier sont de plus en plus bas, les années passent et on observe toujours ce phénomène en 2017. Pour les nouveaux acquéreurs c’est une chance car ils profitent de la baisse des taux pour pouvoir emprunter en réduisant leurs coûts. Cela leur permet également de prévoir un budget plus grand pour l’achat de leur bien immobilier. Cependant, cette diminution ne profite pas aux anciens propriétaires possédant un crédit immobilier déjà existant. Leurs intérêts étant beaucoup plus élevés que les intérêts du marché financier d’aujourd’hui, ils sont amenés à renégocier leur crédit auprès de leur banque pour profiter d’un taux plus bas. Ces taux plus qu’attractifs ont entraîné une importante vague de renégociations de crédits mais aussi des demandes de rachat de crédits. Cette abondance du rachat ainsi que des renégociations ont généré une baisse du taux d’intérêt des crédits immobiliers des institutions bancaires en France.

Les principaux effets sur la banque

Pour ne pas voir réduire le nombre de demandes de crédit immobilier et maintenir leur portefeuille clients actuel, les banques françaises ont dû se plier à la tendance du marché financier en renégociant les crédits ou en procédant à des rachats de crédits. C’est de cette façon que la marge nette d’intérêt a chuté, la capacité des banques à diminuer les frais de dépôts est réduite. En effet un tiers de ces dépôts sont régulés, les banques diminuent leur revenu car une grande partie de ces revenus sont dûs aux rachats de crédits et aux renégociations de prêts.

Quel impact sur le long terme

Quand est-il sur le long terme ? Toute bonne chose pour l’un a une conséquence négative pour l’autre. Il faut noter que le particulier aura plus de facilité à renégocier son crédit à la baisse, plutôt qu’une banque à renégocier le crédit immobilier avec des taux d’intérêts élevés. Par conséquent, tant que l’environnement des taux bas ne cessera pas de fonctionner, les revenus des banques françaises continueront de s’appauvrir.

Néanmoins, cette diminution des taux peut être maîtrisée puisque les institutions bancaires continuent de diversifier la source de leur revenu. En effet, les revenus des banques françaises ne proviennent pas uniquement des crédits immobiliers cela permet à ces dernières de pouvoir relativiser l’impact des taux d’intérêts bas.

Le journaliste

Edouard G.
Journaliste en herbe et passionné d'actualité économique, je prends du plaisir à partager ma veille en rédigeant des articles en rapport avec l'actualité.